jeudi 10 août 2017

Semaine du 6 au 12 août 1917

- Début de semaine seulement marquée par d’importants duels d’artillerie, à la fois à longue portée et (surtout) de tranchées.
- Le 10, les Allemands essaient de reprendre une partie du terrain perdu le 30 juillet autour de la tranchée de la Gargousse ; c’est un échec, malgré le lourd bombardement préparatoire et accompagnant l’action, notamment à l’aide de nombreux obus toxiques. Pertes considérables des deux côtés (plus d’une centaine d’Allemands restent aux mains des Français).




Semaine du 30 juillet au 5 août 1917

- Les deux armées se montrent plutôt tranquilles, en dehors des activités traditionnelles. Des mouvements de troupe expliquent en partie ceci.
- De nombreux petits combats très localisés, pour une tranchée ou un point haut, ont cependant lieu ; ils ne concernent qu’un petit nombre de soldats, mais sont très violents et se traduisent par des avancées et des reculs très fréquents.
- Le 30 juillet par exemple, le 8e groupe de Chasseurs à pied reprend les tranchées de la Gargousse et du Salpêtre, dépasse même localement le Chemin des Dames avant d’être légèrement repoussé dans la nuit ; plus de 200 prisonniers, dont de nombreux officiers et sous-officiers, sont capturés.
- Le 2, toujours côté français, « une compagnie du 21e BCP (13e DI) exécute un brillant coup de main sur le saillant ennemi 88.51 dit du « Tas de fumier ». 3 groupes d’une dizaine d’hommes, dirigés chacun par 1 officier ou Aspirant, ramènent sans perte 27 prisonniers et 1 mitrailleuse. » (JMO VIe Armée)




Semaine du 23 au 29 juillet 1917

- Semaine beaucoup plus calme que la précédente, avec cependant quelques coups de main allemands autour du Godat.
- Sur le plateau, l’activité des deux armées reste limitée, et l’on répare ou consolide les positions obtenues ou de repli après les combats des jours précédents.




Semaine du 16 au 22 juillet 1917

- Après un début de semaine plutôt calme, les Allemands attaquent vigoureusement entre Hurtebise et Corbeny le 19. Les combats sont très acharnés toute la journée et une partie de la soirée ; les pertes sont très importantes, et il y a de nombreux prisonniers dans les deux camps (c’est la Garde qui attaque côté allemand).
- Les Allemands bombardent aussi intensément le 21, surtout sur le plateau. En fin de journée, ils lancent une attaque vers Braye-en-Laonnois (tranchée des Ouies). Même activité d’artillerie et d’infanterie le lendemain, sans résultats probants.
- Toujours le 22, ils relancent leur attaque sur les Casemates avec des troupes fraîches. Les assaillants parviennent à prendre la première ligne française et à repousser leurs adversaires jusqu’à leurs tranchées de soutien, au prix de moyens considérables.