vendredi 3 novembre 2017

Samedi 3 novembre 1917



- Les Allemands poursuivent leur repli, dans un grand fracas de tirs d’artillerie et d’opérations visant à le favoriser. Les obus chimiques de divers types sont énormément utilisés afin de masquer les mouvements ou perturber les soldats adverses ; le brouillard est un allié bienvenu.
- Les Français occupent à présent solidement l’ensemble du plateau et poussent de nombreux avant-postes jusqu’au canal, avec de grandes précautions.
- Les informations aériennes recueillies la veille semblent montrer que les Allemands sont fortement organisés au sur les massifs au nord de l’Ailette, avec notamment une puissante ligne autour d’Aubigny, Arrancy ou Bièvres ; l’espoir de l’état-major français se trouve du côté de Corbeny, où les nouvelles défenses allemandes ne s’appuient pas sur un terrain naturellement favorable.

- 14 morts, 237 blessés (près de 100 intoxiqué) et 15 disparus à la VIe Armée ; une patrouille du 236e RI (12 hommes), envoyée au-delà de l’Ailette, ne rentre pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire