mercredi 18 avril 2018

Semaine du 15 au 21 avril 1918


- L’activité militaire diffère cette semaine des précédentes : si l’artillerie et l’aviation continuent sur leur lancée, cependant de façon moins continue, c’est l’infanterie qui est très présente. Des deux côtés, de nombreux coups de main et des « combats de patrouilles » sont signalés, plus importants numériquement et de par les objectifs qui leur sont assignés, notamment savoir s’il y a des mouvements de troupes importants chez l’adversaire.
- Les pertes humaines restent donc importantes par rapport aux semaines dites calmes. A la VIe Armée française, on compte 37 morts, 311 blessés (dont quelques dizaines d’intoxiqués), 9 disparus.

Semaine du 8 au 14 avril 1918


- Si la tension et les mouvements de troupes restent importants sur l’Ailette à l’ouest de Vauxaillon, la situation entre ce village et Reims reste plutôt calme, avec une faible activité militaire, notamment d’infanterie (coups de main ponctuels). Aviations et artilleries des deux camps se manifestent cependant fréquemment, et les Allemands utilisent beaucoup d’obus chimiques, qui causent des dizaines d’intoxications chez leurs adversaires.

- VIe Armée : 111 morts, 456 blessés (dont une grande majorité d’intoxiqués), 10 disparus

Semaine du 1er au 7 avril 1918


- Semaine calme. Avec la fin des opérations majeures allemandes vers Noyon et Amiens, la situation se stabilise peu à peu, même si des opérations ponctuelles et des réorganisations ont lieu à gauche du front du Chemin des Dames.
- Pour le reste, aviations et artilleries sont toujours très actives, et chaque camp reprend une tactique de coups de main plus importants et systématiques en divers lieux du front : Ailles, plateau de Californie, Loivre, etc. De part et d’autre les pertes humaines sont donc assez sensibles.

- VIe Armée : 72 morts, 294 blessés, 4 disparus